• 2 commentaires

    La carte et le territoire - Michel Houellebecq

    michel houellebecq,la carte et le territoireVoici un roman très attendu ! Outre le battage médiatique dont il a bénéficié, ce livre a reçu le très convoité Prix Goncourt et son sujet, quelque peu original, avait de quoi intriguer les lecteurs amateurs de nouveautés.

    L’histoire annoncée semblait sympathique : un artiste se retrouve au centre d’une affaire judiciaire qu’il va aider à résoudre. La particularité étant que Michel Houellebecq y met en scène sa propre mort... Intéressant et inédit.

    Malheureusement, j’ai été fortement déçue par ce roman, qui était ma première expérience avec Houellebecq. A la 120e page (sur 420), il ne s’était toujours rien passé. Le quotidien du personnage principal y est raconté dans ses détails les plus insignifiants et l’intrigue tant attendue n’a toujours pas commencé… Résultat : je n’ai pas pu aller plus loin tant ce roman m’ennuyait et me donnait l’impression de perdre mon temps.

    Une analyse s’impose donc. Le problème vient peut-être de moi… Ma boulimie des thrillers, active depuis plus de 10 ans, m’empêche-t-elle d’apprécier ce que certains* considèrent comme le summum de la littérature française ? Il est certain que ces romans policiers sont d’une efficacité redoutable : les dix premières pages vous plantent le décor, le problème à résoudre, les personnages principaux et les phrases courtes donnent un rythme qu’il est difficile de lâcher. Au contraire, Houellebecq est partisan des phrases de 20 lignes, agrémentées d’une quantité incroyable de digressions qui transforment la lecture en un exercice de logique.

    Si vous comptiez lire ce livre pour vous détendre après une journée difficile, je vous conseillerai de faire un autre choix disons plus « léger ». Mais je ne voudrais pas vous influencer… 

    Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ? Je suis curieuse de connaitre votre avis…

    * les personnes qui décernent les prix

    La carte et le territoire - Michel Houellebecq - Flammarion - 2010