Carnet de lecture

  • 0 commentaire

    La fille idéale - Gilly Macmillan

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,la fille idéale,gilly macmillan,escales,thrillerZoe est la fille idéale : élève brillante, enfant modèle, musicienne talentueuse. Pourtant, l'adolescente cache un lourd secret: quelques années auparavant, elle a été à l'origine d'un tragique accident. Un déménagement et un remariage plus tard, Zoé et sa mère tentent de se reconstruire au sein d'une nouvelle « famille idéale ». Mais lorsqu'un nouveau meurtre est commis, Zoé est sur la sellette.

    J'avais beaucoup aimé le premier roman de Gilly Macmillan, Ne pars pas sans moi, et j'attendais son second avec impatience.

    De nouveau, le lecteur se trouve projeté dans un roman très dynamique, avec une intrigue qui se met en place rapidement.

    Et si la structure de La fille idéale est morcelée (chaque chapitre donne la parole à un personnage, mêlant passé et présent), le tout est tellement bien orchestré que la lecture se fait naturellement et sans accroc. Les éléments du passé indispensables à la compréhension des événements présents sont dévoilés par petites touches, ce qui laisse le lecteur dans l'attente et lui permet d'élaborer ses propres hypothèses.

    Une histoire de famille, des cadavres dans le placard, des personnages malmenés par la vie auxquels on s'attache, un style direct et des chapitres courts. Tous les ingrédients sont présents pour faire de La fille idéale un roman addictif, qui confirme le talent de Gilly Macmillan.

     

    Remerciement aux Editions Les Escales pour cette lecture.

    La fille idéale - Gilly Macmillan - Editions Les Escales - 2017

    Du même auteur:

    - Ne pars pas sans moi

  • 0 commentaire

    Un appartement à Paris - Guillaume Musso

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,un appartement à paris,guillaume musso,la fille de papier,la fille de brooklyn,l'appel de l'angeSuite à une erreur informatique, Madeline Greene et Gaspard Coutances se retrouvent à devoir cohabiter dans une maison d'artiste que chacun avait loué pour son isolement. L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz mais celui-ci est mort un an auparavant, terrassé par l'assassinat de son petit garçon. Il laisserait derrière lui trois tableaux extraordinaires, aujourd’hui disparus, que Madeline et Gaspard décident de retrouver.

     

    Le début du roman, assez descriptif et lent, m'a un peu inquiétée. Dans ses derniers romans, Guillaume Musso nous a en effet habitués à plus d'action. Heureusement, par la suite, l'histoire s'accélère et on se prend au jeu des hypothèses, suivant l'avancement de l'enquête avec intérêt et étonnement. Car nos deux détectives mettent au jour des éléments qui avaient été négligés lors de l'enquête sur la disparition du petit Julian et ce qu'ils vont découvrir va vous laisser sans voix!

    Finalement, ce qui débutait comme un roman classique se termine comme un véritable roman policier, pour mon plus grand plaisir. J'aime la tournure que prend Guillaume Musso dans ses derniers romans, avec une intrigue plus recherchée et des personnages plus consistants.

    Ce roman est un très bon cru où l'auteur, grâce à son talent et sans aucun support visuel, arrive nous faire "voir" les peintures de Sean Lorenz entre les graffiti de sa jeunesse et les peintures de la maturité.

    Un appartement à Paris ou le début d'une aventure rocambolesque qui va profondément changer les protagonistes et étonner les lecteurs par une fin inattendue.  

     

    Un appartement à Paris - Guillaume Musso - XO Editions - 2017

    Du même auteur:

    Je reviens te chercher

    La fille de Brooklyn

    La fille de papier

    L'appel de l'ange

    Parce que je t'aime

     

  • 0 commentaire

    Monsieur a la migraine - Valérie Cohen

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,belge,monsieur a la migraine,valérie cohen,wilquinVous pensiez tout connaître sur le désir féminin ? Anna, Noémie, Lucia et Julie aussi, jusqu’à ce qu’elles rencontrent Patrice Denis, un sexothérapeute aux méthodes originales.

    Je poursuis ma découverte de l'univers de Valérie Cohen, après les délicieux Alice et l'homme-perle et Le hasard a un gout de cake au chocolat.

    Comme c'est souvent le cas dans les romans de l'auteure belge, les femmes sont une nouvelle fois à l'honneur dans Monsieur a la migraine. Elle y aborde la question de la sexualité, tant féminine que masculine, et du désir à travers quatre femmes qui se livrent au sein d'un groupe de parole animé par Patrice Denis, architecte du désir.

    Peu convaincues par la méthode mais conscientes qu'il s'agit d'un premier pas vers un mieux ou de la démarche de la dernière chance, elles se lancent tout de même dans cette entreprise folle qui consiste à parler de ses problèmes sexuels à des inconnus. Et finalement, ces femmes vont apprendre énormément de choses sur elles-mêmes et devenirs amies. 

    J'aime beaucoup l'écriture de Valérie Cohen. Capable de parler sexe et désir sans tabou mais sans aucune vulgarité, elle trouve toujours le juste milieu pour aborder les thèmes difficiles. Sans voyeurisme ni jugement, on sent à travers ses textes tout le respect et l'empathie qu'elle ressent pour ses personnages. Monsieur a la migraine interroge le désir à travers des personnages attachants, des femmes qui ont décidé de reprendre leur vie en main, de faire voler leur carapace en éclat pour (enfin!) renouer avec leurs rêves et celles qu'elles sont vraiment. 

    Un roman émouvant, qui ne manque cependant pas d'humour et de tendresse, que je vous conseille! 

    Monsieur a la migraine - Valérie Cohen - Editions Luce Wilquin - 2015

    Du même auteur:

    Alice et l'homme-perle

    Le hasard a un gout de cake au chocolat

  • 0 commentaire

    Le vertige des falaises - Gilles Paris

    livre, roman, blog littéraire, littérature, carnet de lecture, avis lecture, Gilles Paris, Le vertige des falaisesSur une île sauvage et désertée, Marnie, adolescente effrontée et fragile, vit au-dessus des falaises au cœur d'une imposante maison de verre et d'acier avec sa mère Rose et sa grand-mère Olivia, qui règne sur la famille et sur l'île tout entière. Un jeu de dupes où les masques tombent les uns après les autres. Et si une seule personne détenait tous les secrets de cette famille et s'en libérait enfin ?

    Ce dernier roman de Gilles Paris nous permet de faire la connaissance des habitants de l'Ile, et notamment de la famille Mortemer. La particularité de cette famille est qu'elle n'est composée que de femmes, tous les hommes de la maison étant morts. Sur cette île où tous se connaissent depuis l'enfance, les secrets de famille se dévoilent petit à petit, les animosités et amours cachés aussi. Et les Mortemer, fortunés, règlent les problèmes à coup de billets. 

    De façon générale, les personnages de ce roman ne sont ni attachants ni sympathiques. C'est aussi le cas de Marnie, jeune fille de 14 ans dégourdie et perspicace, d'une grande maturité pour son âge et à la personnalité bien construite. Elle apparaît comme une enfant étrange aux yeux des habitants de l'Ile mais a surtout du mal à exprimer ses sentiments et émotions. 

    Je dois bien avouer que j'ai été un peu déçue par Le vertige des falaises. Si le démarrage était plutôt lent, j'attendais avec impatience le moment où l'histoire allait se corser. Malheureusement, ce moment n'est jamais arrivé. A la moitié du roman, j'étais embourbée dans une lecture mécanique tant et si bien que je n'en attendais plus rien. Et lorsque les révélations ont enfin été dévoilées, j'étais déjà anesthésiée par plus de 150 pages d'un quotidien peu intéressant, répétitif et linéaire. Je n'ai absolument pas ressenti le suspense évoqué par l'auteur dans ses remerciements.

    Par contre, j'ai trouvé intéressant le fait que chaque chapitre donne la parole à une personne différente, alternant les narrateurs et donnant ainsi l'opportunité au lecteur d'appréhender une situation sous différents angles. 

    Je remercie néanmoins Editions Plon pour cette lecture.

    Le vertige des falaises - Gilles Paris - Editions Plon - 2017

    Du même auteur:

    L'été des lucioles

  • 0 commentaire

    Nuits blanches et gros câlins - Matteo Bussola

    livre,roman,blog littéraire,littérature,carnet de lecture,avis lecture,matteo bussola,nuits blanches et gros calins,kero,italien,enfant,familleA travers Nuits blanches et gros câlins, Matteo Bussola, dessinateur de BD italien, nous fait entrer au cœur de sa petite famille, entre son épouse Paola, leurs trois petites filles et leurs quatre chiens. Sorte de journal de bord d'un jeune père trentenaire, cet ouvrage s'échelonne sur une année entière et présente une succession de scénettes de la vie quotidienne auprès de jeunes enfants.

    Mais contrairement à ce que le titre pourrait laisser supposer, il ne s'agit pas seulement d'un livre sur la paternité. Matteo Bussola y livre aussi ses réflexions sur la vie, la pauvreté, le racisme, les relations de voisinage, l'éducation des enfants et les valeurs qu'on leur inculque.

    Il partage avec le lecteur les scènes cocasses qu'il a vécues ou auxquelles il a assisté, des anecdotes amusantes avec ses filles. Le tout avec humour et philosophie, sans aucune prise de tête.

    J'ai beaucoup aimé le style de Matteo Bussola, souvent très poétique, notamment lorsqu'il aborde avec pudeur et sous forme de métaphores, l'amour qu'il éprouve pour son épouse et ses enfants.

    Nuits blanches et gros câlins est un livre sympathique à lire, positif et qui procure un sentiment de détente. On sourit souvent, on rit parfois... mais cela reste un ouvrage dispensable, qui n'apporte rien de nouveau.

    Ce livre reste le témoignage subjectif d'un jeune père, qui ne montre que les aspects attendrissants de la paternité, sans jamais manifester ni agacement ni énervement. A faire culpabiliser les parents qui sont à bout ou au bord du burn out parental.  

    Téléchargez les premières pages (pdf) de ce livre frais et positif!

    Remerciement à Babelio et aux Editions Kero pour cette lecture.

    Nuits blanches et gros câlins - Matteo Bussola - Editions Kero - 2017